· 

La dysphasie - diagnostic - conseils

 

La dysphasie est appelée aussi trouble primaire du langage. C’est un syndrome neurologique qui est présent chez un pour cent de la population et dès la petite enfance.

Ce trouble du langage touche plus particulièrement les garçons . Un enfant dysphasique n'est pas moins intelligent que les autres. C’est juste un enfant qui a du mal à s’exprimer et à comprendre ce qu’on lui dit.

La dysphasie est un trouble qui peut affecter le développement de plus d’une composante du langage telle que la phonologie qui correspond à la production des sons, la morphologie qui concerne l’utilisation des préfixes et des suffixes, le lexique qui renvoie à notre dictionnaire interne, la syntaxe qui correspond à la construction de phrases cohérentes, la sémantique qui consiste à la compréhension du sens des mots et des phrases, la pragmatique qui se définit comme étant le pourquoi et le comment on communique. Cela explique donc que chaque personne dysphasique l’est d’un niveau différent selon les fonctions atteintes et le degré de celle-ci.

 

Ce n’est pas parce que votre enfant de trois ans ne parle pas qu’il est dysphasique. Il faut faire la différence entre retard de langage et dysphasie. Le retard de langage est transitoire souvent comblé vers l’âge de 6 ans. Par contre, pour la dysphasie c’est un trouble qui perdure toute la vie et qui engage des difficultés langagières plus importantes qui peuvent entraver le développement et le fonctionnement sur le plan personnel, social, professionnel, et scolaire.

 

Ce trouble touche d’autres fonctions neuropsychologiques telles que l’attention, la mémoire, l’organisation, la planification, la motricité fine et globale.

 

La chaîne de la communication chez l’enfant dysphasique est affectée à plusieurs niveaux, par contre l’audition n’est pas affectée. C’est plutôt au niveau de la perception du message que le problème du langage commence. Le cerveau aura tendance à percevoir les sons séparés. Par exemple, " maison " : l’enfant entend maison mais perçoit ai-on . L’enfant a aussi du mal à comprendre le message qui lui est communiqué.

 

Les signes avant-coureurs de la dysphasie.

 

Dès les premières années de sa vie :

 

Avant 18 mois : L’enfant fait peu de gazouillement. Le contact visuel est pauvre et il y a un manque d’attention auditive.

 

Entre 18 et 24 mois : L'enfant a de la difficulté à mémoriser des sons et entre peu en contact avec les autres. Il peut éprouver des difficultés d’attention.

 

Entre 2 et 3 ans : L'enfant ne se fait comprendre que par ses parents et principalement par des gestes. Il n’apprend pas de nouveaux mots et ne se sent pas concerné par le langage.

 

Entre 3 et 5 ans : L'enfant comprend mal les consignes, il utilise peu de mots et pose peu de questions. Il arrive difficilement à se faire comprendre par des étrangers.

 

Entre 5 et 6 ans : L'enfant utilise des courtes phrases mais peut se faire comprendre par ses amis si ses parents l’aident.

 

Seule la réadaptation en orthophonie ou en ergothérapie peut aider.

 

Conseils pratiques pour aider l’enfant :

 

- Utiliser des phrases courtes et simples lorsque qu’on donne une consigne.

 

- Utiliser des supports visuels tels que des pictogrammes.

 

- Eviter la surcharge de stimulations dans l’environnement de l’enfant " bruit de fond, pièce surchargée de matériel ".

 

- Attendre au moins 5 secondes pour laisser à l’enfant le temps de comprendre avant de lui répéter l’information.

 

- Adapter votre niveau de langage à celui de l’enfant pour lui permettre de développer son langage à son rythme.

 

- Répéter l’information donnée.

 

- Planifier ses activités adéquatement.

- Etre constant dans la routine.

Écrire commentaire

Commentaires: 0