· 

Mon enfant se fait frapper à l'école

bagarre d'enfants à l'école
Violence à l'école

Votre enfant rentre de l'école et vous dit qu'il ne veut plus y aller. En dialoguant avec lui, il vous annonce que l'un de ses camarades le frappe tous les jours et qu'il a peur.

- Que faire ? Quelles solutions ?

Je rencontre souvent des parents confrontés à ce fléau et je vais donc essayer de vous répondre en vous proposant une démarche qui fonctionne vraiment.

La violence à l'école n'est pas un mythe mais bien une réalité. Beaucoup d'enfants sont confrontés à ce phénomène qui n'est pas nouveau. Beaucoup diront que c'est à cause de certains enfants, " des sales gosses ", et que l'on ne peut rien faire.

C'est un peu facile de baisser les bras mais, pendant ce temps, des enfants se font frapper, racketter, agresser et pourtant vous pouvez agir !

Que faire dans cette situation ?

Tout d'abord, le premier conseil en tant que parent est de se calmer, et surtout de ne pas vouloir régler directement le problème avec les enfants concernés, ou même les parents.

A l'école, les enfants sont sous la responsabilité des enseignants ainsi que des directeurs d'établissements. Quand votre enfant rencontre des problèmes d'agressions, ce sont les adultes encadrants qui sont responsables, et non les enfants. Ce sont donc à eux de trouver les solutions, afin que votre enfant soit en sécurité. Cela fait partie de leur métier, et ils sont donc payés aussi pour cela. Ils ont, avec l'inspection académique des démarches à suivre dans ces cas précis, mais, il est vrai que, parfois, ils ne font rien.

C'est donc à vous de prendre les devants afin de faire cesser ce trouble qui peut être très grave.

Le deuxième conseil est de dialoguer avec votre enfant, toujours dans le calme, et, si possible, avec un deuxième adulte. Il faut donc prendre du temps. Je vous conseille de prendre des notes, et de reposer des questions pour voir la réalité des faits : la fréquence des agressions, le niveau d'agression, les copains sont-ils concernés ?

Le troisième conseil est de rassurer votre enfant et de lui expliquer que, maintenant, vous allez prendre les choses en main et que ce sont les adultes qui vont régler ce problème.

Le quatrième conseil est de mettre au propre le témoignage que vous avez recueilli auprès de votre enfant.

Le cinquième conseil est de prendre rendez-vous avec le responsable de l'établissement afin de trouver une solution. N'oubliez pas que c'est bien lui, avec son équipe, qui est responsable de la sécurité de tous les enfants quand ils sont dans son établissement.

Celui-ci vous recevra. S'il refuse, envoyez-lui une demande en recommandé, en expliquant la raison de votre démarche. Dans cette démarche, le chef d'établissement est normalement votre allié et souhaite en général le bien être des enfants.

Le sixième conseil est d'expliquer clairement, lors de ce rendez-vous, la situation.

Plusieurs possibilités sortiront de cet entretien. Soit il prendra des dispositions ( il y en a, et il les connaît ), soit il ne fera pas grand chose.

En effet, le chef d'établissement peut convoquer les parents et, si ceux-ci ne viennent pas, il est très facile pour lui de mettre en place les services sociaux afin d'aider le ou les enfants agresseurs. Vous allez me dire : AIDER LES AGRESSEURS ?

Et bien oui ! Un enfant n'est pas agressif naturellement, mais le devient. Si ces enfants sont violents, c'est très souvent qu'il y a de gros problèmes dans la famille : l'un des parents (ou les deux) alcoolique, violent..., entourage très compliqué... Toutes ces raisons sont des causes sérieuses d'agressivité chez les enfants.

Si le chef d'établissement est très sérieux, il trouvera donc la solution.

Que faire si le chef d'établissement ne fait rien ?

J'ai rencontré récemment une maman qui m'expliquait que le chef d'établissement disait qu'il ne pouvait rien faire.

Dans ce cas, je vous donne le septième conseil.

Il va donc falloir agir différemment. Envoyez un recommandé au chef d'établissement et à l'inspection académique, en expliquant ce qui ce passe dans l'établissement et en prévenant que vous allez porter plainte très prochainement s'ils ne réagissent pas. L'idéal est de recueillir des témoignages écrits d'autres parents, et de les joindre au courrier (n'oubliez pas de garder un double)

Je peux vous rassurer, ils vont bouger !

Si malgré vos démarches, ils ne font toujours rien (ce qui m'étonnerait fortement), vous allez devoir porter plainte directement au procureur de la république (vous pouvez passer par la gendarmerie, mais, en passant directement par le procureur, vous serez certain que votre demande aura une suite).

Ensuite, vous serez certainement convoqué par le substitut du procureur ainsi que par le responsable de l'établissement et une solution sera mise en place.

 

Mon dernier conseil sera de ne pas baisser les bras : pour votre enfant mais aussi pour les autres, qu'ils soient victimes ou agresseurs, car votre enfant qui est victime peut devenir aussi agresseur à force de subir ces châtiments permanents.

 

Merci d'avoir lu jusqu'au bout cet article, et je voudrais aussi vous remercier d'agir, afin que tous les enfants puissent aller à l'école sans peur et vivre leur apprentissage dans un climat serein.

 

Fabien

 

Voici un numéro de téléphone qui peut vous aider : le 119

C'est le numéro du service national d'accueil téléphonique de l'enfance en danger.

Que vous soyez un adulte ou un enfant, si vous êtes confronté ou préoccupé par une situation d’enfant en danger, ou en risque de l’être, n'hésitez pas à les appeler !

Écrire commentaire

Commentaires: 0